Yvan lacanal est né à Toulouse en 1959. A 20 ans, il intègre l'école nationale des Arts Décoratifs de Nice. Son travail, inspiré des théories de l'art brut donnera le jour à un court métrage qui obtiendra la mention spéciale du jury au 3ème festival international du film psychiatrique.
En 1984, son Diplome National Superieur d'Expression Plastique en poche, il part à la découverte d'un continent qui le fascine, puisque berceau de l'humanité: l'Afrique où il séjourne quelques mois.
Aprés plusieurs expositions en France, il participe en 1989 à Rome à une manifestation réunissant des artistes européens. Il y présente des toiles destructurées tant dans l'espace que dans les couleurs.
En 1994, il s'installe à l'île de La Réunion, terre de contrastes et de
métissages dans l'océan indien, où il enseigne les arts appliqués et l'histoire de l'art.
Poussant plus avant ses recherches plastiques, il étudie la symbolique magdalénienne et l'art pariétal. Les influences des arts primitifs dans les couleurs et le support et l'utilisation d'une symbolique contemporaine figurative lui servent à exprimer “les valeurs de la sauvagerie humaine souvent refoulées par la raison”.
Mariant les matériaux actuels aux gestes primitifs, son travail est à mi-chemin entre la peinture et la sculpture. La matière gravée, griffée, incisée, peinte devient le support privilégié d'un graphisme à la fois réaliste et symbolique où l'homme est au centre.

Enigmas : Peintures d’Yvan Lacanal

Avec la série « Enigmas », Yvan Lacanal s’approprie la formule mathématique et l’explore du point de vue de l’artiste.
Outre la forme esthétique proche de la calligraphie, c’est un message universel lié au savoir qui est ici interprété par l’artiste.
Un langage porteur de sens, voire lourd de sens, que chacun peut reconnaître mais qui reste codé, souvent indéchiffrable et toujours hermétique au profane.
On y décèle pourtant les lois physiques qui tentent d’expliquer le monde contemporain dont l’homme est tout à la fois le maître et l’esclave.
Le thème récurrent de la place de l’humain dans l’univers cosmique, représenté par un fond chaotique et pulvérisé, est mis en évidence.
C’est à la fois une fascination et une dénonciation de la dictature et de la puissance de la pensée humaine et de ses limites qui s’exprime sur la toile.
La rigueur de la pensée mathématique se trouve contrastée par l’expressivité, l’intimité du geste révélé par l’écriture propre à l’artiste.
L’équation ne s’impose pas d’emblée.
Elle se fond, se perd dans le tableau au rythme des couleurs, des lignes et des formes quasi hiéroglyphiques provoquées par un hasard gestuel partenaire de la création.
Le message pictural utilisé comme axiome devient dès lors le vecteur d’une rupture inévitable entre l’homme et son savoir.

< RETOUR GALERIE > ME CONTACTER VOIR MES ŒUVRES >