Il se peut qu'au départ, il y ait eu un nouveau regard sur d'anciennes photographies de l'album
de famille.
En filigrane on retrouve inscrite dans la mémoire de l'enfance des bornes de vie, comme des secrets révélés à hauteur de regard. Sous le bonheur ingénu de son enfance, elle réécrit sa propre histoire, des histoires d'autre part, des ailleurs. Elle retrace l'itinéraire d'une vie adulte, comme un écheveau de fils de coton à démêler.
Son activité collage est assez récente et répond au besoin d'une expression personnelle et libre. Elle récupère, classe, mélange, quantité d'images dont elle remplit son journal de bord. Ainsi les tapisseries baroques rencontrent l'Afrique, comme les musiques du monde de Purcell aux pygmées Twa. Cette technique à l'immense avantage de procurer à l'artiste le sentiment insatiable d'investir la prolifération d'images, photographies familiales, magazines, références iconographiques classiques et contemporaines.
De ce métissage visuel, elle s'accorde enfin le droit d'une technique personnelle, libérée depuis peu de ses carcans universitaires. La peinture dans l'équilibre de ses surfaces patinées trouve sa délicatesse dans le dessin de ses broderies. Plus qu'une nostalgie, la réflexion iconographique plastique et sensible de Mocas est une méditation sur le travail du temps, l'aventure sensible d'une vérité loin de l'innocence, en toute liberté de choix et de paroles.

SUITE DE LA PRÉSENTATION DE L'ARTISTE >


< RETOUR > CONTACT VOIR LA GALERIE >