Un marchand d'art parisien définit le travail d'IBU comme de l'expressionnisme fauve. Ses "mecs" ont des allures d'athlètes comme sur les vases grecs ou les fresques étrusques. Mais comme un musicien qui se fait souvent le chantre de la terre où il puise les sucs de son inspiration, IBU ne fait pas qu'habiller de couleur et de matière une plastique : ses Atlantes baignent dans une lumière bleue, celle de l'océan..


< RETOUR > CONTACT VOIR LA GALERIE >