Retour
L’émulsion de la science et de l’art au Laboratoire

Le LABORATOIRE, un nouveau centre culturel a ouvert ses portes au cœur de Paris.
David Edwards, professeur et chercheur en biomédecine à Harvard est le fondateur de l’initiative originale d’un nouvel espace de création expérimentale où sont exposés les fruits de rencontres entre la science et l’art contemporain. Autour d’une thématique annuelle commune, deux expositions cohabitent tous les trois mois. David Edwards a pris le parti d’explorer le sens des termes science et art dans toute leur polysémie.

David Edwards nous conte l’histoire du Laboratoire, cliquez ci-dessous pour démarrer la vidéo.




BEL-AIR

C’est sous le thème de l’intelligence que pour ce premier cru, le fondateur a collaboré avec le designer français Mathieu Lehanneur autour d’un nouveau système de filtration de l’air par les plantes. L'expérience s'appuie sur un constat de la NASA relevant une intoxication des organismes des astronautes due aux émanations des matériaux composants leurs environnements. En effet, même longtemps après leurs fabrications, les objets manufacturés continuent à diffuser des gaz nocifs. La collaboration de l'artiste et du scientifique a abouti à la construction d'un module nommé "Bel-air" qui optimise la filtration de l'air vicié en le nettoyant par les vertus naturelles de certaines plantes. Les prototypes sont accompagnés d’une vidéo de Gaétan Robillard esthétisant le fonctionnement du Bel-air.





MATIERES A PENSER
La seconde exposition présente l’artiste français Fabrice Hyber dans un travail plastique autour de la cellule souche sous la caution scientifique d’un professeur du MIT de Boston. La scénographie a été entièrement conçue par l'artiste en trois parties matérialisées par un marquage au sol se faisant l'écho des conditions nécessaires à la vie d'une cellule. La cohérence de l'exposition est symbolisée par des cordages solidarisant l'ensemble. Le parti prit de l'absence de cartel, et l'interprétation scientifique égare quelquefois le visiteur.

Le projet du Laboratoire de gommer la distance entre les deux disciplines pour valoriser leur intimité commune est ambitieux. Les rencontres donnent lieu à des résultats contrastés. Le projet de Mathieu Lehanneur a abouti à un prototype bientôt commercialisé, tandis que le travail de Fabrice Hyber se place du côté du processus de réflexion et de son évolution.

En quête de réponses, le visiteur s’interroge, plus ou moins séduit par la pertinence du propos. La rencontre entre la science et l’art bouleverse les préjugés. Finalement la science, vivier d’explications rationnelles, ouvre plus encore le champ des possibilités artistiques.


Marianne Le Morvan

BEL-AIR et MATIERES A PENSER
Jusqu’au 14 janvier 2008
Le Laboratoire

4, rue de Bouloi
75001 PARIS
01 78 09 49 50
le site net


Tarif plein : 6 euros
Tarif réduit : 4,50 euros (étudiants, maison des artistes, plus de 65 ans)
Gratuité : moins de 13 ans, chômeurs, détenteur de la carte Icom, accompagnateur de personne invalide, membres du Laboclub.
Ouvert du vendredi au samedi de 12h à 20h.

David Edwards est professeur à l’Université d’Harvard à Boston et chercheur en ingénierie Biomédicale, ainsi que fondateur ou co-fondateur de plusieurs organisations humanitaires en France, en Afrique du Sud et aux Etats-Unis, notamment avec l’organisation Medecine in Need (MEND) dont le but est de développer de nouveaux médicaments et vaccins pour lutter contre les maladies liées à la pauvreté.

David Edwards est également l’auteur des deux ouvrages fondateurs du Laboratoire : Artscience : Creativity in the Post-Google Generation (Harvard University Press, 2007) décrivant l’émergence de la créativité à la frontière de ce qui est conventionnellement perçu soit comme art, soit comme science ; et du roman Niche (édition le Laboratoire et ENSBA, 2007) écrit en collaboration avec le romancier américain Jay Cantor, illustrant les deux premières expériences aujourd’hui exposées au Laboratoire.