Retour
Artconnexion, une association lilloise pour qui l’art est public !

Depuis bientôt 12 ans, Amanda Crabtree et Bruno Dupont, duo à la tête de l’association ArtConnexion, à Lille, défendent sans relâche l’idée d’un art contemporain accessible, dynamique et vivant. Ils montent des projets originaux et souvent ambitieux, offrant des rencontres singulières entre artistes contemporains et habitants, et prouvant, si cela était nécessaire, qu’il peut y avoir une vie pour les artistes et l’art contemporains en province !

Depuis 1994, ArtConnexion a montré, conçu des projets avec, et parfois lancé, des artistes, des créateurs aujourd’hui aussi reconnus que Matali Crasset, Janusz Stega, Matthieu Laurette, Jim Buckley ou Claude Closky.
L’originalité d’ArtConnexion se trouve sans aucun doute dans la pluralité de leur activité, toujours à l’articulation du rapport entre l’œuvre, l’artiste et le public. A la fois producteurs, agents artistiques, médiateurs, Amanda Crabtree et Bruno Dupont organisent régulièrement des expositions, permettent des échanges et résidences d’artistes partout dans le monde, sont à l’origine de projets dans l’espace public dans le cadre de leur missions en tant que producteurs-médiateurs de la Fondation de France*, et aiment à organiser soirées, rencontres, voyages et débats pour amener le public au cœur de la création contemporaine. Le tout dans un subtil mélange de professionnalisme absolu, de convivialité et de simplicité.

Très certainement, en rencontrant ce duo passionnée, on se rend compte à quel point le dialogue et l’échange, lieu commun du milieu de l’art contemporain pour rassurer les non-initiés, mais bien souvent vide de réel contenu, ne sont pas ici de vains mots. Cet échange, ce fut d’abord ce qu’ils recherchèrent, en arrivant à Lille en 1994 après avoir travaillé au Magasin de Grenoble et en décidant d’ouvrir leur appartement à des artistes pour des expositions à la fois informelles et pointues. Une expérience surprenant, riche et vivante, pour le couple, pour les artistes, pour les visiteurs, rompant les repères habituels de l’espace muséal, les limites du privé et du public, réinventant une manière de « vivre » l’art contemporain dans l’espace domestique…Très vite, les projets prennent de l’ampleur, « s’officialisent » d’une certaine manière : ce sont ensuite des échanges, en terme de résidences d’artistes, qui s’organisent alors. Et les projets les plus fous ne sont pas impossibles : Ainsi, Artconnexion permet au plasticien Laurent Tixador, en 2004 et 2005, d’expérimenter une première résidence d’artiste au Groenland, puis de monter une expédition au Pôle Nord.
En même temps, parce que le temps de l’art n’est pas nécessairement celui de la rentabilité ou de la performance, les résidences d’artistes n’ont pas nécessairement de finalité de production ou d’exposition. Pour Artconnexion, ces résidences doivent surtout être l’occasion de contacts, de décalage, de distance ou de réappropriation, d’immersion, de réflexion ou d’observations. Ainsi, pour Amanda Crabtree, la nécessité de finaliser une résidence par une production précise peut représenter un obstacle ou un frein à une création libre, l’artiste se sentant devant « rendre compte » de son travail précipitant le principe de création.
Pour les artistes, Artconnexion représente un soutien, humain autant qu’artistique ou administratif : les soutenir dans leur demandes de bourses, comme auprès de l’Afaa, les amener à prendre de la distance, ou un nouveau souffle, par rapport à leur pratique plastique, leur offrir les connexions nécessaires dans le milieu grâce à leur réseau ou poser sur leur travail un regard neuf et sans complaisance, tels en sont, parmi tant d’autres, les nombreuses missions. « Nous sommes très attentifs », explique Bruno Dupont, « au suivi des artistes, débutants ou non. C’est un mode de relation particulier, une question d’engagement. »

Mais au-delà de son travail de longue haleine auprès des artistes, Artconnexion cherche aussi et surtout à rendre possible des rencontres, des connexions entre des milieux qui, autrement, ne se seraient sans doute jamais découverts et au-delà, permettre que des actions communes soient menées sur des territoires et dans des domaines inexplorés.
Ainsi Matali Crasset, designer mondialement reconnue, acceptera-t-elle, et avec enthousiasme, de rencontrer les colombophiles de la Base de loisirs de Caudry, en Cambrésis. Ici, en 2004, elle crée une « Capsule », un prototype de pigeonnier mixant tradition régionale et modernité.
L’intégration de cette micro-architecture dans le paysage ouvre à de multiples et réelles implications écologiques, pédagogiques, sociales, tout autant qu’artistique. Un projet réussi dont la presse parla abondamment et qui n’est pas qu’un coup de pub pour la créatrice : il n’est pas rare qu’elle revienne à Caudry pour voir comment se porte son pigeonnier, et une suite à ce projet est envisagé. On pourrait aussi citer l’œuvre de Maurizio Nannucci à la Maison des Associations de Roubaix, le projet « Changer une minute » de l’artiste Jan Kopp au lycée Montebello de Lille.
La conduite réussie de tels projets tient vraisemblablement à un certain niveau d’exigence globale : la volonté de porter un projet de qualité avec un artiste qui ne l’est pas moins, mais qui sait aussi, qualité plus intime, dialoguer avec les gens. Pas (seulement) ceux du milieu de l’art contemporain ou des institutions, mais ceux des quartiers auxquels sont destinés ces projets. La volonté de défendre un projet contemporain qui ne soit pas hermétique au public. La volonté de connecter les mondes.
Clairement, il y a une dimension d’engagement social, pour ne pas dire militant, dans les actions menées par Artconnexion.

Parmi les derniers projets, Artconnexion a organisé une exposition remarquée à l’Espace Le Carré (voir nos précédents articles) : « Dragoon Paper Club » , où Stéphane Magnin réalisa, entouré d’artistes comme Sébastien Brinks ou Grégoire Motte, une installation autour du thème du campement, axée sur une réflexion entre architecture, écologie, vie communautaire et utopie.

Enfin, projet à venir et non des moindres, que l’on aura plaisir à suivre dans ses développements : Wim Delvoye devrait intervenir dans un quartier populaire de Roubaix. Le quartier du Hommelet est un quartier dans lequel se côtoient de nombreuses communautés, sans qu’un véritable « centre », lien et lieu de vie, ne se dégage. Sur l’espace de l’ancien siège social de Phildar, le comité des habitants du quartier ont voulu un aménagement différent de l’habituel terrain de jeux, en s’orientant vers un espace d’art et de loisir. Au Parc du Nouveau Monde, Wim Delvoye interviendra pour la première fois en espace public, pour une œuvre pérenne qui reste encore à définir. Médiateur-producteur, délégué par la Fondation de France, Artconnexion suivra toutes les étapes de la réalisation de l’œuvre, du conseil aux commanditaires à la recherche des financements, en passant par la médiation auprès des publics et à l’installation de l’œuvre. Une aventure passionnante à suivre !

Loin des autoroutes de l’art et des spéculations marchandes, « réfléchir, et faire réfléchir, sur la place de l’œuvre et de l’artiste dans la société » reste la préoccupation première et pérenne de l’association Artconnexion.

Marie Deparis
pour www.art-contemporain.com

*Le programme « Nouveaux Commanditaires » de la Fondation de France, pour lequel est mandatée Artconnexion, permet à des individus ou à des associations de « prendre part à l’élaboration de la culture contemporaine en passant commande à des artistes, de donner une valeur d’usage à l’art, de rapprocher la société et ses artistes » (d’après Projets d’artistes et médiation territoriale, Emmanuel Négrier, Oppes, avril 2005)

Tarifs préférentiels aux voyages de découverte de l’art actuel
Art Connexion est aussi une association à laquelle on peut adhérer pour être invité à des rencontres privilégiées avec des artistes, à des conférences, à des visites d'ateliers d'artistes et aux diverses expositions organisées par l’association dans la région, pour accéder à un réseau d’institutions artistiques internationales, mais aussi aux multiples et éditions réservés en priorité aux adhérents et à la documentation (monographies, catalogues d’expositions, revues et écrits sur l’art, l’architecture, la vidéo, etc.)



Renseignements sur le net www.artconnexion.org