Retour
FRAC : Et demain ?

3ème partie de l'entretien réalisé avec Katia BAUDIN, Directrice du Frac de la Région Nord -Pas de calais et Présidente de l’Association des Directeurs des Frac.

20 d’existence, 20 ans d’acquisitions, cela crée des collections et des identités. On peut aisément imaginer des problèmes de conservation et le besoin d’exposition permanente d’une partie de vos fonds…Qu’en est-il au Frac Nord Pas de Calais et notamment de votre collection design et en aurez vous les moyens ?

"Au niveau général, il y a une réflexion qui est mise en place depuis quelques années, dont les Frac de 2ème Génération. Cette réflexion porte sur la mise en place de lieux de dimension plus importante pour une meilleure gestion et conservation des collections, ainsi que sur la prise en compte de la dimension évolutive de celle-ci par l’intermédiaire de réserves conséquentes. Il s’agit d’offrir des surfaces d’expositions pour accueillir une programmation monographique ou collective ou pour montrer de façon constante les œuvres de la collection, dans un objectif de renforcer la diffusion sur le territoire, d’encourager de nouveaux partenariats.

Le Frac Nord-Pdc est installé, depuis bientôt 7 ans, dans un ancien pavillon de l’hôpital de Dunkerque, un bâtiment qui a beaucoup de charme mais qui hélas est devenu trop étroit et dont les réserves sont complètement saturées. On se trouve dans une situation où il va falloir trouver des solutions pour pouvoir stocker des œuvres."

Ne devez vous pas trouver des solutions avec les Musées et les Centres d’Art Contemporain de votre territoire pour accueillir vos collections ?

"Il est difficile pour les Frac de dépendre uniquement de la diffusion pour désencombrer les réserves. Nous diffusons déjà beaucoup la collection, et il y a un seuil critique lié à la capacité physique de l’équipe à enrichir les actions et à la conservation des œuvres. L’objectif n’est pas simplement de montrer tout à n’importe quel prix. Il faut toucher des espaces qui soient en adéquation avec les conditions nécessaires pour bien présenter une pièce. Le Frac N-Pdc possède des œuvres très volumineuses, des installations, mais il y a peu de lieux dans en région qui ont les capacités pour les exposer.
La solution n’est pas non plus que les œuvres soient entreposées dans des réserves de musées, car rares sont les musées qui ont la place suffisante ainsi que des réserves aussi bien adaptées à conserver l’art contemporain.

Nous espérons ainsi que dans les années à venir, la question des Frac de 2ème génération pourra aussi se poser en Nord-Pas de Calais. De manière générale, les projets des Frac de 2ème génération s’attachent à inventer de nouveaux types de structures pour mieux accomplir l’action sur le territoire, cette mission de diffusion, mais aussi pour mieux garantir la bonne conservation des collections, tout en gardant ce côté un peu utopiste qui fait parti de notre histoire et de notre identité.

Les enjeux seront examinés au cours des journées professionnelles des Frac les 3 et 4 octobre à Sélestat et à Strasbourg."


Pour vous 2003 est une année majeure, avec les 20 ans des Frac, mais en 2004 Lille est la Capitale culturelle Européenne, pouvez vous nous faire part de vos projets dans le cadre de cet événement ?

"Effectivement 2004, pour le Frac du Nord-Pdc est aussi une année très importante dans le cadre de : Lille 2004– Capitale culturelle Européenne.
A cette occasion nous allons organiser en automne 2004 au Tri Postal à Lille, une exposition à partir de notre collection sur une surface de 2000 m2, abordant la problématique Art/Design.
Il s’agit d’une excellente occasion pour déployer aussi largement en région la collection du Frac N-Pdc, afin qu’elle rentre réellement dans la conscience collective des habitants.

Le Frac participe aussi à la dynamique d’échanges entre Lille et Gênes, l’autre capitale culturelle.
Entre avril et mai 2004, la collection du Frac « habitera » à la Villa Croce, le Musée d’art contemporain de Gênes."



Le Frac Nord-Pdc sur le net, Cliquez-ici