Retour
Quoi de neuf sous le soleil de Toulon? L'abstraction toujours en question.

Sous le soleil estival de Toulon, l'Hôtel des Arts accueille l'oeuvre de l'artiste allemand Günther Förg. Une exposition conventionnelle mais qui met à jour une oeuvre suscitant de profondes réflexions picturales.

Morte, passée, désuète, ringarde, diront certains à propos de la peinture abstraite.
D'apparence simpliste, la question, pourtant, se pose devant les oeuvres de l'artiste allemand Günther Förg. Depuis des années le peintre multiplie les toiles de grands formats avec toujours les mêmes ingrédients picturaux: grilles brossées à grand coups de pinceaux dans d'éclatantes couleurs. Une persévérance qui traduit un questionnement des possibilités même de la peinture.
Car, bien sûr, à partir des règles constantes qu'il s'est fixées, l'artiste opère des variations. Tantôt, ses trames se resserrent, se relâchent, se déchirent, se condensent, s'étirent, s'élargissent. La large palette de couleurs, aussi, permet d'infinies renouvellements.
Que cherche Günther Förg, comme tant de peintres abstraits avant lui? Il explore à l'intérieur des limites qu'il s'est imposées les notions de composition, de cadrage, l'espace pictural et son immensité.
Ce formalisme s'exprime encore par le "Sans titre" qui marque constamment chacun des cartels. Cette formule n'est plus depuis longtemps un non-titre, mais un titre générique venu revendiqué la volonté de la peinture de ne renvoyer qu'à elle même. Pourtant, c'est cela même qu'elle désigne et devient à son tour une désignation.

Malgré cela, la peinture de Günther Förg n'a pas la rigueur extrême du peintre ascète de l'abstraction. L'exposition tente de montrer le passage sans rupture que l'artiste établit entre figuration et abstraction.
D'une part l'artiste se situe dans la filiation de Mondrian ou Malévitch. Comme chez eux, la trame n'est que le dessin simplifié de paysages. Le motif reste le même seule la vision de l'artiste change.
D'autre part, le peintre révèle dans cette exposition son oeuvre photopgraphique. Des tirages de grandes tailles en noir et blanc dialoguent pour la première fois ici avec son oeuvre picturale. La figuration est donc présente, inhérente au médium photogaphique. Pourtant l'artiste choisit de montrer des tirages en négatifs, pour dit-il, conférer aux scènes une atmosphère iréelle. Certes, les images gagnent en iréalité mais perdent aussi en figuration. De plus, c'est sans surprise que ce peintre choisit de photographier une architecture moderniste, dans la lignée cette fois-ci d'un Rodtchenko. On retrouve ainsi les éléments de sa peinture abstraite, trames et lignes géométriques avec toujours le même souci de cadrage et de composition.
Si la figuration est donc sous-jacente dans toute son oeuvre, c'est l'abstraction et le formalisme qui toujours reprennent le dessus.

Mais là encore il faut nuancer. Les lignes géométriques de Förg n'ont jamais la rigueur mathématique. Elles sont jetées, esquissées à grands coups de pinceaux. Ses expérimentations formalistes se nourrisent aussi d'une part de hasard et de liberté. Car, l'artiste est profondément marqué par la génération de peintres expressionnistes allemands des années 70-80 ayant pour figure de proue Georg Baselitz. Il hérite de leur gestualité violente et de leur couleurs intenses. Les tracés verticaux ou horizontaux se chargent alors d'un grand vitalisme. Les trames et leurs multiples variations, achèvement, inachèvement, force et relâchement, donnent un rythme puissant à ses toiles. La peinture peut séduire par cette énergie, par ses couleurs fluides et pleines de transparences.

Si la peinture de Günther Förg ne surprend pas, elle a toutefois l'intérêt de poser intelligemment la question de la légitimité actuelle de la peinture abstraite. En se positionnant aux limites des catégories et des principes picturaux, elle condense un bon nombres de problématiques. L'une d'elle reste aujourd'hui la plus vive: celle de l'identité de la peinture dans le paysage artistique contemporain.


Florelle GUILLAUME

Info pratiques
Jusqu'au 9 septembre 2007
Günther Förg
Hôtel des Arts
Centre Méditérranéen d'Art
Conseil Général du Var

236 bd Général Leclerc
Toulon
Ouvert tous les jours sauf lundi et jours fériés de 11h à 18h
Entrée libre
Sur le net: www.var.fr