Retour
Beuys en série…

Les Multiples de Beuys
Jusqu’au 28 octobre 2007
Musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines


« Tous les hommes peuvent avoir part à la création d’un chef d’œuvre social.»

Il pensait l’art comme une énergie créatrice inhérente à chaque individu. Il pensait l’art comme la seule force capable de redéfinir l’avenir de l’humanité. Il pensait l’art comme la matrice de la liberté.
Joseph Beuys est sans doute l’un des artistes les plus importants de l’histoire contemporaine de l’art allemand. Le musée Gravelines et Dunkerque l’Européenne 3 nous font entrer dans la machine idéologique de Beuys, où ses oeuvres sont les véhicules d’une sculpture sociale.


« Le seul acte plastique véritable consiste dans le développement de la conscience humaine. »

On connaît son chapeau noir, ses yeux bleus tranchants, son charisme, sa hauteur. On connaît ses actions, son corps impliqué dans ses performances (Bog Action 1971 ; Coyote, I like America and America likes me, 1974), ses quêtes, sa voie mystique ou son rapport à la Nature. Mais ses multiples, on les connaît moins. Multiples ? Objets multipliés, sériels qui portent en eux un message. A l’instar d’Andy Warhol, Beuys trouve dans la multiplication et dans l’idée de la grande distribution, le moyen de partager sa pensée avec le plus grand nombre. En missionnaire (nombreuses conférences, cours, discours, écrits et multiples), il va s’efforcer de répandre, de diffuser plus qu’une parole, une certitude. L’objet, le multiple devient le véhicule d’un engagement, voir d’un contrat social et d’une utopie libertaire. Il lance un appel au peuple et transmet une définition anthropologique de l’art, « un art élargi » qui permettrait de transformer la société en profondeur. Nous sommes en Allemagne, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Sa démarche est celle d’un militant en marche vers la liberté. Il croit en l’art et il croit en l’homme. « Chaque homme doit développer ce qu’il sent en lui de potentialités créatives et les introduire dans son existence pour déterminer l’avenir. Il faut pratiquer l’autocritique et l’autodétermination car seule celle-ci renferme la notion de liberté qui est l’authentique fondement de ce que l’on appelle créativité.» Exit donc les führers, les dieux et les mythologies, seuls l’instinct créateur et le « capital art » peuvent déterminer l’individu et la communauté. Quand il énonce que « Chaque homme est un artiste», il ne parle ni de peinture, ni de sculpture mais de tous les corps de métiers sans distinction.
A partir de là, Beuys sème, propage ses objets, ses dessins, ses gravures ou ses lithographies. Il n’y a pas de règles dans ses multiples. Qu’ils soient à 12000 exemplaires ou plus confidentiels, les tirages participent de la même volonté et ont la même finalité : faire réagir, penser et créer.


Beuys en série, Beuys en obsession. En 1943, Beuys est blessé lors d’un accident d’avion. Il aurait été recueilli par des Tartares de Crimée qui, pour le sauver l’aurait nourri au miel. Revenu à la vie, les nomades l’auraient recouvert de graisse et enroulé dans des couvertures de feutre. Entre le mythe et la réalité, cet épisode est le point de départ de son œuvre. Il s’intéresse à la chimie, à la géologie, à la biologie animale et aux forces spirituelles. Pour créer, il utilise des substances : le feutre, la graisse, le sang de lièvre, le minerai de fer, la cire, la poussière, la terre, matières que l’on retrouvera tout au long de son œuvre, comme une éternelle répétition. Elles sont symboliques et métaphoriques par ce qu’elles sont, par ce qu’elles disent. Elles convoquent l’intuitif, le sensitif, l’instinct. Chez Beuys, les matériaux et les images vivent dans un processus de reproduction constant, à l’intérieur (thèmes répétés) et à l’extérieur de son œuvre (choix des multiples). Son bestiaire en atteste également. L’abeille, le cerf, l’élan ou le mouton sont des récurrences. Pour lui, les animaux sont la représentation de la nature primitive, c’est à dire épargnée par la civilisation et la technologie. Ils sont l’incarnation type d’une énergie spirituelle, cohésive et puissante.
Les supports de Beuys sont donc choisis en fonction de ce qu’ils transmettent en perception, en suggestion, en jeux d’associations, « l’art ne donne pas de connaissances directes, il produit des perceptions profondes. »

De multiples en multiples, Beuys n’a jamais cessé de croire que la révolution des consciences passerait par l’art et par les hommes.


Julie Estève

Les Multiples de Beuys
Jusqu’au 28 octobre 2007
Musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines
Château, Arsenal, 59820 Gravelines
03 28 51 81 00

sur le net