Retour
Selest'art 2003 - L'art contemporain sur les traces de la mémoire
Trace, archive, mémoire
Biennale d'art contemporain de Sélestat
15e édition jusqu'au 26 octobre 2003



Cette année encore, 15 artistes figures de prou de l'art contemporain français, installent leurs oeuvres dans les coins et recoins du dédale des rues moyenâgeuses de Sélestat, confrontant histoire et modernité, mémoire collective et individuelle. Cette initiative offre ainsi aux habitants de cette bourgade rurale et aux badauds de passage l'occasion unique de se familiariser avec l'art contemporain et ses différentes formes d'expression, de la peinture à la photo en passant par les installations vidéo et sonores.
C'est aussi l'occasion de redécouvrir ou découvrir quelques lieux clés, parfois laissés à l'abandon, de la ville de Sélestat comme la Halle aux blés, l'église Saint-Quirin ou encore la médiathèque.

Le parcours artistique urbain commence par la visite de la bibliothèque humaniste investie pour l'occasion par l'oeuvre sonore de Gerard Collin-Thiebaut, qui utilise la voix de l'actrice Macha Méryl pour décliner toutes les 10 secondes dans le silence quasi religieux de l'endroit, des titres de tableaux de toute époque. Cette bibliothèque, riche de manuscrits datant du VIIe et XVe siècle, symbolise à elle seule le leitmotiv de cette biennale "Trace, archive, mémoire".
Au détour d'une bâtisse du XVe s, dans une vitrine abandonnée de la rue des marchands, il y a la vidéo de l'artiste suisse Peter Wuthrich, mettant en perspective le livre comme moyen de communication et symbole de mémoire.
Plus loin, Ben signe quelques phrases qui se veulent provocatrices sur les méfaits des américains en Irak et le pillage des oeuvres d'art. L'impact reste douteux mais fait tout de même réagir vivement quelques passants agacés.
Unglée, artiste fantôme jalonne les rues de ses séquences textuelles affichées dans des panneaux publicitaires et extraits d'une émission radio animée par lui-même en 1998 intitulée "A la recherche de Giuletta Fabrizzi".
Mais ce n'est pas dans la rue que l'on trouve les initiatives les plus intéressantes, c'est à la Halle aux blés et à la Porte de Strasbourg, deux lieux hantés par les âmes du passé et laissés en état pour les installations de deux artistes cérébrales : Isabelle Levenez et Zofia Lipecka.
Dans la salle principale de la Halle aux Blés, Zofia Lipecka, d'origine polonaise, nous parle de la mémoire et de la souffrance collective d'un peuple, de l'implication de l'histoire sur le présent. "Apres Jedwabne" met en scène des visages d'hommes et de femmes de tous âges filmés en train d'écouter le récit abject du pogrom juif de Jedwabne organisé par des polonais sur leurs voisins le 10 juillet 1941. L'atmosphère est lourde. Ces visages, déchirés par la douleur et la souffrance provoquées par l'écoute du récit, sont démultipliés par la présence de deux grands miroirs dans la pièce. Le spectateur se retrouve à la fois témoin de l'histoire et acteur du présent. La réflexion sur le monde et sur soi commence.
Isabelle Levenez, jeune artiste prometteuse, s'attache elle aux histoires et aux expériences individuelles. La violence des phrases crûes inscrites sur les murs de cette salle de classe désaffectée contraste fortement avec l'apparente douceur des images projetées. Des sons stridents accompagnent cette expérience comme pour mettre en péril l'équilibre entre l'écriture et l'image. Isabelle Levenez nous renvoit ainsi à nos propres expériences, à notre histoire personnelle.
Après un passage à la médiathèque et au siège de la Frac où sont exposés entre autres, les photographies autour de l'écriture braille de Joan Fontcuberta, le parcours s'achève au château du Haut Koenigsbourg, 3e lieu culturel de France le plus visité.

Selest'art 2003 est définitivement un bon cru, mélangeant avec ambition et imagination la beauté des lieux mis à disposition par la ville, et le talent des artistes présents, porteurs de véritables messages d'humanité.

propos recueillis par Joan Amzallag.

Le programme sur le site de la ville de Sélestat : Cliquez-ici


visuel haut
Zofia Lipecka :
oeuvre présentée à la Halle aux Blés :
Après Jedwabne, 2003, installation vidéo, son et miroirs
© Florian Tiedje
visuel bas
Unglee :
oeuvre présentée en ville dans neuf panneaux d'affichage:
Indiscrétions, 2003, texte imprimé sur papier affiche
© Florian Tiedje