Retour
Les voyages intérieurs de Philippe Favier
Philippe Favier présente au Musée d’Art Contemporain de Lyon le résultat d’une résidence de 17 mois, et à la galerie de l’IUFM de Lyon une série d’acryliques consacrée au petit monde des morts.

Le jour la présentation presse de son exposition, Philippe Favier (né en 1957 à Saint-Étienne) avait le look d’un vieux loup de mer : salopette bleue, tignasse ébouriffée et barbe de six jours. Méprise ! L’artiste est en réalité un véritable phobique du voyage, un angoissé des aérogares. En 1985, lauréat du Prix de Rome en peinture et en gravure, il ne supporte pas l’éloignement de sa ville natale et ne reste jamais plus de sept jours consécutifs à la Villa Medicis. Favier donne d’ailleurs sa propre définition du voyage : « Ne bougez pas » et cite Beckett : « Nous ne voyageons pas pour le plaisir de voyager, que je sache, nous sommes cons, mais pas à ce point ». Pourtant, sa « Géographie à l’usage des gauchers » (exposition qui occupe la totalité du 2e étage du MAC) se présente comme la trace, le résultat d’un long périple de 17 mois, au même Musée d’Art Contemporain de Lyon : « J’ai fait construire une double cloison où je me suis caché pour créer. Laissant imaginer que mon absence de 17 mois était due à un voyage au long cours, je n’ai pas bougé d’un pouce mais ma main –la gauche- a tracé des milliers de kilomètres de côtes imaginaires ». Avec une patience infinie, l’artiste a notamment réalisé, au stylo bic et à la peinture blanche, 400 oeuvres sur plaques de verre qui, toutes rassemblées, constituent une gigantesque carte imaginaire. En s’approchant, on y découvre isthmes, îles, archipels, continents, mers, fleuves, animaux, habitants loufoques... Et l’on reste subjugué : non pas par quelque effet esthétique, mais par la poésie de son univers, la folie discrète de son entreprise. Pour mieux vous en imprégner, ne ratez pas le film relatant l’ensemble du projet, où Favier se révèle truculent.
Nous vous conseillons aussi son autre exposition à l’IUFM de Lyon, un voyage imaginaire dans l’au-delà cette fois-ci. A travers de petites acryliques sur bois, l’artiste décrit un monde des morts drôle et superbe, où les squelettes surfent, promènent leur chien, labourent leurs champs, pêchent à la ligne...

Jean-Emmanuel Denave



Philippe Favier :
-« Géographie à l’usage des gauchers », jusqu’au 14 août, au Musée d’art contemporain de Lyon Lyon 6e. Tel. : 04.72.69.17.17. sur le net

-A la Galerie Confluence(s) IUFM, 5 rue Anselme Lyon 4e, jusqu’au 13 juillet. Tel. : 04.72.07.30.74. sur le net
Publication : Philippe Favier, Géographie à l’usage des gauchers, Editions des Cahiers Intempestifs.